lesexdanslacite:

Tiens un nouvelles article

Originally posted on Cieljyoti's Blog:

Il y a deux génies en Camille Claudel, Rodin et Camille, l’art et la passion. Plus un intrus, Paul, la morale. Camille commet l’erreur de sa vie en faisant d’Auguste l’importun. Les femmes ont l’art, la société ne leur permet pas l’énergie pour en user à leur guise. Et quand elles l’ont, cette énergie les dévore face à l’opposition rencontrée. L’homme a la force, mais il lui manque souvent l’art pour le guider dans ses méandres. Camille et Rodin se croisent. Rodin a tout pour lui, mais sa rencontre avec Camille lui prouve qu’on peut aller plus loin. Il lui en veut.

Un génie en comprend un autre. Cela ne signifie pas qu’il l’aime. Le génie ne se partage pas, au mieux il se complète. Il pousse sa vision dans ses retranchements jusqu’à être avalé par elle. Les extrêmes qu’il perçoit, il les vit et les fait vivre aux autres…

View original 3,865 more words

Originally posted on Cieljyoti's Blog:

Des créatures hideuses, sous mon lit, dessus, derrière, en chaque recoin, elles sortent, œil hagard, naseau humide, gueule baveuse, oreilles en pointe, sourcil arrogant. Elles me reluquent de leurs yeux vitreux, je ne leur dirai pas mon secret, elles n’en sont pas dignes.

Une cohue d’objets enchevêtrés dans une végétation luxuriante laisse peu de place pour se mouvoir. Hargneux, ils me bousculent, me grimpent dessus, s’agrippent à moi, me tirent en arrière, me pincent, m’injurient, je voudrais me reposer, enfin, une nuit entière à dormir, qu’ils s’en aillent. Je veux bien les suivre, qu’ils cessent de me harceler. Ils disent que je n’ai pas raison, que je n’ai jamais raison, qu’est-ce que ça peut me faire, je m’en fiche de leur raison, je vois plein de choses qu’ils ne verront jamais, qui m’entrainent si loin. Effarante hauteur, accrochée au balcon de bois pourri s’effritant de mon étreinte.

Mademoiselle raison, une…

View original 4,265 more words

Originally posted on Variety:

The bulk of TV content watched on smartphones and tablets today is provided through Netflix and Hulu Plus — not networks or pay TV providers, according to a new study.

About 64% of TV shows viewed on smartphones and 54% on tablets were via Netflix, Hulu Plus or another online video-subscription service, according to a survey commissioned by the Council for Research Excellence, which is funded by Nielsen. By contrast, just 26% of TV programming on mobile devices was from a broadcast or cable net’s website or app.

The survey shows that networks have “the opportunity to promote their own content and capture that viewing instead of Netflix,” said Laura Cowan, research director of television station group LIN Media.

Meanwhile, cable and satellite providers’ apps accounted for 11% of TV shows on tablets and 10% on smartphones.

TV nets are starting to offer more content on mobile devices, but under…

View original 253 more words

Originally posted on Cieljyoti's Blog:

Dans l’Ancien Testament, Satan signifie « adversaire » ou « accusateur » traduit en grec par diabolos, « diable », adversaire de l’homme. Satan est aux ordres de Dieu, un fonctionnaire zélé dont la tâche est de surveiller les activités humaines et d’en reporter la teneur auprès du Big Boss. Un procureur divin chargé de veiller à la juste punition de celui qui a commis une faute ou est susceptible d’en commettre une. Dans le langage humain, un Satan est l’humain qui pousse un autre à commettre une vilenie. Satan est de l’ordre de l’humain, pas du divin. « Vade retro Satanas, tu m’es scandale, tu ne tends pas vers Dieu, mais vers les hommes (Matthieu, XVI, 23). »

Dans le Livre de Job (I, 6), Satan met en doute la sincérité de Job, un « homme droit et parfait. » Il demande : « est-ce gratuitement que Job craint Élohim ? » Dieu semble avoir un doute et autorise…

View original 5,506 more words

lesexdanslacite:

hum très bon billet je ré blog

Originally posted on Cieljyoti's Blog:

Indicible chaos. Chaleur éreintante. Une explosion brise le soubassement. Un effondrement. Des morceaux violemment projetés contre les parois brulantes essayent de s’agripper du mieux qu’ils peuvent, mais la température les fait inexorablement fondre. Chaque bouffée se propulse plus fougueusement. Impossible de s’évader de ce cauchemar. Une odieuse promiscuité oblige à côtoyer les pires renégats du lieu, des êtres immondes, pervers, prêts à toutes les atrocités pour leur seul plaisir. Il fait si chaud, des douleurs ambigües transpercent les corps.

Une haine vicieuse empoigne ma chevelure, tenaille mes tempes, infuse ses tentacules dans ma cervelle, diffuse son venin aspirent le peu d’amour encore là. Une effroyable envie de jouissance s’enfonce dans mon sexe, le malaxant de promesses cajoleuses. Un épais ballonnement de ventre me fait éructer des laideurs sous forme de fines et radieuses fééries. Je me sens torturée d’un infini désir de ne rien faire, rien vouloir, suivre le courant…

View original 5,988 more words

Originally posted on Cieljyoti's Blog:

L’entrée est étroite, on déambule dans un couloir peu à peu envahi de noirceur avant de se sentir happé par une grande salle. On pénètre un endroit si sombre qu’on ne reconnaît pas les siens si ce n’est à l’odeur. Soudain, un feu s’allume et foisonne un étrange paysage, rassurant et inquiétant à la fois, les murs chavirent. On les croirait aliénés. Les parois ivres de fumée se rapprochent, reculent, elles s’élancent de terre, s’y enfouissent, une éruption, une furie.

Dans cette frénésie de formes, pour marquer la pierre, la faire sienne avant qu’elle ne s’échappe, le seul moyen est de la griffonner. D’abord malhabile, avec un peu de pratique, le trait s’aguerrit, des contours prennent vie, ils s’animent, ils sont vivants. Nul ne sait si la pierre ou le dessin s’anime. L’espace devient nôtre, il entre dans notre intimité.

Un dessin ou une incision dans la pierre n’existe qu’avec…

View original 3,728 more words

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.